Subscribe to our RSS Feed
"L’absorption de BPA par le biais d’aliments ne présente pas de risque pour les consommateurs"
Autorités sanitaires suisses, juin 2011
"L’absorption de BPA par le biais d’aliments ne présente pas de risque pour les consommateurs"
Autorités sanitaires suisses, juin 2011
"L’absorption de BPA par le biais d’aliments ne présente pas de risque pour les consommateurs"
Autorités sanitaires suisses, juin 2011
"L’absorption de BPA par le biais d’aliments ne présente pas de risque pour les consommateurs"
Autorités sanitaires suisses, juin 2011
"L’absorption de BPA par le biais d’aliments ne présente pas de risque pour les consommateurs"
Autorités sanitaires suisses, juin 2011
"L’absorption de BPA par le biais d’aliments ne présente pas de risque pour les consommateurs"
Autorités sanitaires suisses, juin 2011
"L’absorption de BPA par le biais d’aliments ne présente pas de risque pour les consommateurs"
Autorités sanitaires suisses, juin 2011
"L’absorption de BPA par le biais d’aliments ne présente pas de risque pour les consommateurs"
Autorités sanitaires suisses, juin 2011

Bisphénol-A (BPA) et contact alimentaire

Les organismes de réglementation européens ont confirmé qu'il n'y a pas de risque pour les consommateurs d'aliments au contact de matériaux fabriqués à partir du bisphénol A (BPA) comme substance de départ, comme le polycarbonate et les résines époxy.

En Janvier 2007, l'Autorité européenne de sécurité alimentaire (EFSA) a émis son avis sur la sécurité du BPA dans les applications en contact avec les aliments. L'EFSA est un groupe scientifique indépendant qui conseille la Commission européenne sur les questions de sécurité alimentaire. Après un examen de quelques 200 nouvelles études, il a été établi que les résultats d’une étude complète sur trois générations de rats devait être utilisée pour déterminer le niveau de sécurité. A partir d’une dose sans effet déterminée à 5 mg / kg, l’application d’un facteur d'incertitude de 100 (10 pour les différences inter-espèces, 10 pour des différences interindividuelles) a permis d’établir la dose journalière admissible (DJA) à 0,05 mg de BPA / kg de poids corporel / jour, ce qui correspond à la quantité de BPA qu’un consommateur (y compris les bébés et les nourrissons) peut ingérer sans danger et sans dommage, sur une vie entière.

Les niveaux de migration typique de BPA depuis des matériaux alimentaires en contact avec du BPA sont inférieurs à 10 microgrammes / kg d'aliment et donc bien au-dessous de la limite de migration spécifique du BPA fixé réglementairement à 600 microgrammes / kg d'aliment (sur la base de la DJA, dans l'hypothèse d'une personne de 60 kg mangeant 1 kg de nourriture par jour, avec un facteur de sécurité supplémentaire de 5). En se fondant sur des valeurs de migration conservatives (les valeurs les plus défavorables), l'EFSA a conclu en 2007 que l'exposition alimentaire au BPA à partir des bombonnes en polycarbonate et des canettes de produits alimentaires et boissons revêtues de résines époxydes est bien inférieure à la DJA.

La mise à jour de l'évaluation des risques de juin 2008 et la mise à jour de l'avis de l'agence européenne de sécurité des aliments (EFSA) de juillet 2008 indique clairement que les matériaux au contact des aliments tels que le polycarbonate utilisé pour les bombonnes et biberons, les résines époxidiques revêtant les canettes de produits alimentaires et boissons ne présentent pas de risques pour leurs utilisations prévues.

Dans son avis, l'EFSA a examiné la sécurité des applications en contact avec les aliments fondé à partir de BPA pour tous les groupes d'âge, y compris les fœtus et les nouveau-nés. L'EFSA a explicitement pris en compte les récentes données de toxi-cinétique et de métabolisme ainsi que les commentaires d'autres Autorités, telles que le Programme National de Toxicologie des Etats-Unis (NTP), Santé Canada, le Centre de Recherche joint de la Commission européenne et le Comité scientifique norvégien pour la sécurité alimentaire, ainsi que les études existantes récemment publiées sur ce sujet.

A la fin de Septembre 2010, EFSA a publié un nouvel avis où elle a reconfirmé la dose journalière admissible pour le BPA. L'avis a été produit suite à une révision d'une durée de onze mois des études les plus récentes sur l'exposition au BPA. La révision incluait même les études sur l'exposition à de faibles doses de BPA, et les évaluations de sécurité faite par les agences nationales pour la sécurité alimentaire, comme celle publiées par la France et le Danemark au début de 2010. L'EFSA a conclu qu'elle ne pouvait pas identifier d'éléments de preuve nouveaux qui l'amènerait à réviser la dose journalière admissible actuelle. L'Autorité a également déclaré que les données actuellement disponibles ne fournissent pas de preuve convaincante que le BPA affecte le système nerveux.

Plus d'informations (en anglais) :