Subscribe to our RSS Feed
"L’absorption de BPA par le biais d’aliments ne présente pas de risque pour les consommateurs"
Autorités sanitaires suisses, juin 2011
"L’absorption de BPA par le biais d’aliments ne présente pas de risque pour les consommateurs"
Autorités sanitaires suisses, juin 2011
"L’absorption de BPA par le biais d’aliments ne présente pas de risque pour les consommateurs"
Autorités sanitaires suisses, juin 2011
"L’absorption de BPA par le biais d’aliments ne présente pas de risque pour les consommateurs"
Autorités sanitaires suisses, juin 2011
"L’absorption de BPA par le biais d’aliments ne présente pas de risque pour les consommateurs"
Autorités sanitaires suisses, juin 2011
"L’absorption de BPA par le biais d’aliments ne présente pas de risque pour les consommateurs"
Autorités sanitaires suisses, juin 2011
"L’absorption de BPA par le biais d’aliments ne présente pas de risque pour les consommateurs"
Autorités sanitaires suisses, juin 2011
"L’absorption de BPA par le biais d’aliments ne présente pas de risque pour les consommateurs"
Autorités sanitaires suisses, juin 2011

Bisphénol-A (BPA) et contact alimentaire

En Europe, dans le cadre de la législation REACH, l’évaluation spécifique de sécurité liée à une substance utilisée en contact avec des aliments est réalisée par l’Autorité européenne de sécurité des aliments (EFSA). L’EFSA est un comité scientifique indépendant qui conseille la Commission européenne sur les questions de sécurité alimentaire. Dans le passé, l’EFSA a évalué de façon répétée les preuves scientifiques sur le BPA et a conclu que son utilisation est sans danger au contact alimentaire.

L’EFSA procède actuellement à une nouvelle réévaluation complète du BPA selon un processus en deux étapes, avec la participation des parties prenantes. Dans son projet de première partie d’évaluation axé sur l’exposition, récemment publié (Juillet 2013), l’EFSA a confirmé ses conclusions antérieures selon lesquelles l’alimentation est la source principale d’exposition au BPA. Cette exposition est extrêmement basse et est en réalité plus basse que ce qui avait été précédemment estimé par l’EFSA. En outre, l’EFSA a déclaré que « les expositions au BPA modélisées par l’ensemble des sources suggèrent qu’aucune source d’exposition majeure n’a été omise pour le modèle d’évaluation de l’exposition ». 

La seconde étape de son évaluation des effets possibles du BPA sur la santé humaine en est actuellement à phase de consultation publique, qui a débuté au milieu du mois de Janvier 2014. En résultat de l’analyse de près de 450 études, l’EFSA a défini un seuil temporaire de sécurité, ou dose journalière tolérée (t-TDI), de 5 microgrammes/kg de poids corporel par jour (la quantité de BPA qu’un consommateur peut ingérer en sécurité, sans dommage et sur l’ensemble de sa vie) : « Le groupe d’expert a conclu que l’exposition au BPA, même pour les groupes de la population les plus exposés, est bien inférieur à la t-TDI de 5 µg/kg de poids corporel par jour, indiquant que les risques pour la santé du BPA sont peu élevés au niveau actuel d’exposition ». « Ces conclusions s’appliquent également aux enfants dont la mère a été exposée au BPA durant la grossesse et aux personnes âgées ». Le nouveau seuil de sécurité temporaire est le résultat d’une méthodologie plus sophistiquée appliquée par l’EFSA. Le groupe d’expert a noté que le seuil de sécurité a été « dérivé de façon très conservatrice »

Le rapport final sur la sécurité du BPA est attendu pour la mi-2014.

Plus d'informations (en anglais) :